Road Trip sur la N2, au Portugal

La Nationale 2 est une route mythique qui traverse de part en part le Portugal. Plongée au coeur du Portugal continental, vous allez découvrir tout ce qui fait le charme de ce pays : sa riche gastronomie, ses parcs naturels à couper le souffle, ses petits villages traditionnels, ses villes majestueuses empreintes d’un patrimoine historique dense et cette campagne de l’Alentejo qui ne peut que vous enchanter.

La Vallée du Douro

Ce road trip commence avec la somptueuse Vallée du Douro. Une vallée extraordinaire où les vignes y règnent en maîtres. Ce sont elles qui font la richesse et la beauté de cette région montagneuse. Au milieu de ces immenses rocks, coule le splendide fleuve du Douro, autrefois emprunté par les Rabelos pour y transporter le vin jusqu’à Porto.

C’est dans la petite ville de Peso da Régua que nous faisons une petite halte. Cité incontournable pour y comprendre un peu mieux ce qu’est la culture du vin dans cette région, fort bien expliqué dans le Musée du Douro.

Vue panoramique sur la Vallée du Douro

A quelques kilomètres de là, se trouve la sympathique ville de Lamego, connue pour son magnifique escalier baroque de 686 marches amenant au Santuário de Nossa Senhora dos Remédios, érigé à la moitié du XVIIIe siècle. Un endroit magique surplombant la ville et rappelant le Santuário do Bom Jesus do Monte, à Braga.

À ne surtout pas manquer !

Viseu, une ville où il fait bon vivre

Notre voyage se poursuit avec la ville de Viseu, ville importante de la région Centre, elle nous charme par son centre historique empreint d’un patrimoine religieux qui a su garder tout son éclat. Baladez-vous dans les petites ruelles médiévales à la recherche de la perle rare dans les petits commerce traditionnel qui s’y trouvent, contemplez toute la splendeur de Sé Catedral avec ses voûtes imposantes et la façade de L’Église de la Miséricorde…

Parc Naturel de Serra da Estrela

Immersion totale dans la nature profonde du Portugal avec le Parc de Serra da Estrela qui nous dévoile ses paysages fantastiques. A commencer par l’intrigant lac de Covão dos Conchos où un trou sans fond, construit en 1955, mesurant 48 m de large et 1519 mètres de long, permet aux eaux de Ribeira das Naves de s’écouler jusqu’au Lagoa Comprida (l’accès n’y est toutefois pas aisé ! Impossible de s’y rendre si on est en fauteuil roulant malheureusement).

Covão dos Conchos

Partez ensuite à la découverte du sommet du Portugal continental avec ses 1993 mètres d’altitude agrandit symboliquement par une tour de 7 mères de haut pour atteindre une hauteur totale de 2000 mètres d’altitude. L’endroit y est magique, on se laisse porter par les paysages environnants et les nombreux lacs ; les vaches et les moutons ruminants à quelques mètres de nous ; et si l’on est observateur, on peut apercevoir les aigles voler au-dessus de nos têtes, un spectacle grandiose. On peut également s’arrêter acheter, dans l’une des petites boutiques artisanales, les spécialités locales, en particulier le fromage (Queijo da Serra).

C’est aussi ici, à Torre, que vous pourrez vous adonner aux sports d’hiver tel le ski, la luge et bien d’autres activités.

Bien d’autres lieux embellissent cet endroit comme la ville de Covilhã, terre de découvreurs qui vit naître l’explorateur Pêro da Covilhã dont les travaux aidèrent le grand Vasco da Gama pour son expédition maritime vers les Indes.

Sans oublier le village pittoresque de Piodão avec ses maisons, ses sols et ses rues construites avec du schiste, matériaux fortement abondant dans cette région. Disposé en forme de pallier, ce village offre un charme inégalable sur la vallée. Ses rues étroites, cette couleur singulière, ses petites boutiques artisanales où l’on peut repartir avec un beau souvenir, son église de couleur blanche avec des bandes de couleur bleu contrastant avec le reste du village, ses points d’eaux où l’on peut se baigner si l’on est pas frileux car même l’été, l’eau y est très froide, et l’ambiance paisible qui s’y dégage ne pourront que vous plaire.

Le village pittoresque de Piodão

Une halte à Coimbra

Sortons de la National 2 pour aller découvrir la ville où vit naître la plus ancienne Université du pays, en 1290. Coimbra est tout simplement une ville exceptionnelle que ce soit de nuit ou en plein jour, son architecture, son patrimoine historique, ses musées et bien sûr son Université illumineront votre journée.

On commence la visite avec le Musée Portugal dos Pequenitos qui vous fait voyager à travers tous le Portugal et ses anciennes colonies grâce à ses monuments emblématiques en miniatures. On peut facilement y passer des heures à admirer le travail d’artistes qui a été effectué pour réaliser ces répliques de la beauté architecturale du pays.

Portugal dos Pequenitos

Puis, quoi de mieux que de déambuler dans les rues du centre-ville pour admirer toute la beauté qui s’y dégage ou profiter de ce moment de détente pour faire du shopping, avant de visiter l’incontournable Université et sa majestueuse bibliothèque (où l’on ne peut malheureusement pas prendre de photos afin de préserver ce patrimoine unique). N’hésitez pas à discuter avec les sympathiques étudiants habillés de leurs vêtements traditionnels, digne du film Harry Potter.

Enfin, laissez le couché de soleil vous éblouir depuis les hauteurs de l’Université. Ce spectacle vaut le détour.

Etudiante en tenue traditionnelle de l’Université de Coimbra

Penela

Si vous avez le temps, en partant de Coimbra, arrêtez-vous dans cette petite cité médiévale pour, l’espace d’une ou deux heures, vous imaginer en chevalier arpentant les murailles de ce château.

Château de Penela

Évora, Patrimoine Mondial de l’UNESCO

Chef-lieu de la région de l’Alentejo, Évora offre un patrimoine historique richissime datant de l’époque romaine à nos jours.

Pour bien découvrir la ville, il ne faut pas hésiter à se laisser guider par l’Aqueduc de l’Agua de Prata vous amenant directement aux murailles médiévales ; s’aventurer dans les rues étroites bordées de maisons blanches agrémentées de bandes de couleur jaunes principalement, symbole de l’architecture du Sud du Portugal ; s’introduire dans l’Église São Mamede pour y admirer son plafond ; découvrir la fascinante Capela dos Ossos et ses 5000 os figés dans le ciment suite au manque de place dans les cimetières d’Évora au cours du XVIe siècle poussant la population à exhumer les corps pour les entreposer ensuite dans ce lieu sacré afin qu’ils soient plus proche de Dieu ; visiter l’Igreja São Francisco qui se trouve juste à côté ; s’émerveiller devant cette œuvre d’art architecturale qu’est le Temple de Diane qui, aussitôt, nous plonge dans l’univers de la Rome Antique ; contempler la plus grande cathédrale médiévale du pays ; profiter des cafés et restaurants sur la Praça do Giraldo ou la Praça 1° de Maio, et y déguster un délicieux “carne de porco à Alentejana” ; tout simplement, se laisser porter par ce fascinant ensemble urbain représentatif des XVIe et XVIIIe siècles.

A quelques kilomètres d’Évora, de belles surprises vous attendent

Les passionnés de la Préhistoire ne manqueront pas de se rendre aux Cromeleque dos Almendres, plus ancien site mégalithique d’Europe. Ces sortes de menhirs, au nombre de 95, datant de plusieurs milliers d’années avant J.-C., aménagés et réaménagés sur une période d’environ 3 000 ans, disposés en forme de cercle, probablement pour des raisons mystiques et cosmiques, sans qu’on est pour autant la preuve formelle de cette hypothèse, vous impressionnera par sa singularité et la part de mystère qui s’y cache.

D’autres vestiges de cette époque sont disséminés vont autour de ce site préhistorique comme Anta Grande do Zambujeiro.

Vous pouvez poursuivre cette journée en visitant Viana do Alentejo, son sympathique château et son Santuário de Nossa Senhora d’Aires dont la façade est absolument magnifique.

Enfin, terminez cette agréable journée à Arraiolos, pour y observer un splendide couché de soleil depuis les murailles du château surplombant la ville.

Cromeleque dos Almendres

Elvas, plus grande fortification garnie de bastions au monde

Faites une petite halte à Estremoz pour visiter son château, caractéristique de ces villes portugaise frontalières, qui sont majoritairement fortifiées.

Puis, reprenez la route en direction d’Elvas. Admirez tout d’abord cet imposant Aqueduc d’Amoreira, datant de la fin du XVe siècle, puis arpentez les rues de cette ville aux fortifications en forme d’étoile pour y contempler son patrimoine exceptionnel qui lui value d’être inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Recueillez-vous dans l’Église de Nossa Senhora da Assunção ; visitez le Fort de Nossa Senhora da Graça qui vous offre une vue panoramique des alentours absolument somptueuse ; et, surtout, ne passez pas à côté du Musée Militaire, déclinant l’Histoire de l’Armé Portugaise avec de belles pièces de collections comme des uniformes, des canons, des fusils, des calèches, des voitures, des camions et chars militaires…

Sur le chemin du retour

En partant d’Elvas, vous pouvez franchir la frontière espagnol pour découvrir la charmante petite ville de Badajoz, elle aussi fortifiée.

Puis, retour au Portugal avec la découverte de Campo Maior, dont l’histoire est marquée par un terrible drame survenu en 1732 lorsqu’un éclair toucha l’armurerie du château provoquant l’explosion simultanée des 84 000 kilos de poudres, des 4800 grenades et autres munitions de la salle d’arme, détruisant la totalité de la tour et des fortifications du château, ainsi que 836 maisons sur les 1076 qui constituèrent le centre de la ville, et laissant sans toit les maisons qui résistèrent au choc. Cette terrible tragédie n’eut pas que des conséquences matériels, malheureusement 256 personnes perdirent la vie et plus de 2000 furent blessées.

Castelo de Campo Maior

La Vallée do Côa et ses sites d’art rupestre préhistorique

Présentant plus d’un millier de roches avec des manifestations d’arts rupestres à dominance paléolithique d’il y a environ 25 000 ans, réparties dans plus de 70 sites différents, le Parque Arqueológico do Vale do Côa, considéré comme « le plus important site paléolithique d’art rupestre en plein air », fut tout naturellement inscrit au Patrimoine Mondial de l’UNESCO le 2 décembre 1998. Outre les gravures datant du paléolithique, on retrouve diverses gravures ou peintures datant d’époques plus récentes, allant du Néolithique au XXe siècle, en passant par l’Âge de Fer. Ces différentes gravures, réalisées à partir de ces 4 techniques : le picotage, le grattage, l’incision ou l’abrasion, représentent pour la plupart des chasseurs et des animaux tels des chevaux, des cerfs, des bœufs ou encore des chèvres.

Un patrimoine exceptionnel fort bien illustré et expliqué dans le formidable Musée do Côa.

Museu do Côa

Podence

Un peu de légèreté avec cet atypique village de Podence connu pour son carnaval, les “Caretos” de Podence, qui a lieu du dimanche au Mardi Gras, au mois de février, où les garçons du village incarnent de mystérieux personnages diaboliques vêtus de costumes à frange de couleurs rouges, jaunes et verts foncés, sur lesquels ils ajoutent un harnais en cuir sur lequel sont accrochées des clochettes ainsi qu’une ceinture ornée de sonnailles, et cachant leurs visages sous des masques au nez pointu en tôle ou en cuir. Ils parcourent le village en sautant et criant, perturbant ainsi le calme quotidien, afin de rencontrer des jeunes filles pour danser avec elles et les “sonner”. Ils s’amusent tous ainsi, protégés par leur anonymat et imités par les plus jeunes, nommés les “facanitos”, qui perpétuent la tradition.

Ce festival unique participe au folklore des traditions portugaises incontournables et est inscrit au Patrimoine Immatériel de l’UNESCO.

Si vous y allez en-dehors de cette période faste de l’année, comme ça été le cas pour nous, nous vous conseillerons simplement de vous balader dans les rues du village et de profiter pleinement des nombreuses fresques à l’effigie des Caretos, ce qui rend le lieu si spécial.

Caretos de Podence

Dernière étape de ce Road trip : Bragança

Bragança, cette ville magnifique à l’extrême Nord du Portugal, empreinte d’un patrimoine historique dense, d’origine médiévale. Le charme de son patrimoine architectural, historique et culturel, de sa gastronomie et de la bienveillance de sa population en font une destination de choix, plus qu’agréable à visiter.

Profitez de ces tout derniers jours de ce voyage pour déambuler dans les rues de la ville, vous reposer à la terrasse d’un café au centre, visiter le Musée National Ferroviaire et surtout vous immerger dans l’histoire militaire du pays, du Moyen-Âge aux guerres de colonies, en passant par les guerres Napoléoniennes ou encore la Grande Guerre, en visitant le Château de Bragança. Imprégnez-vous également de cette légende qui entoure le Donjon du Château de Bragança, on y raconte qu’une princesse y aurait vécue, amoureuse d’un noble chevalier, ils se promirent l’un à l’autre, mais ce dernier, en manque de ressources, se refusa à elle, estimant qu’il n’en était pas digne, et alla parcourir le royaume à la recherche de fortune. La princesse quant à elle refusa tous les prétendants qui vinrent à elle et expliqua à son oncle que son cœur était déjà pris. Afin de la libérer de cette emprise sentimentale et pour respecter la parole donnée à l’un de ses amis, son oncle élabora un stratagème consistant à se déguiser en fantôme, pénétrer l’une des deux portes de la chambre de la princesse et simuler être le fantôme du chevalier absent, lui affirmant d’une voix morne qu’elle subirait une malédiction si elle n’acceptait pas de se marier avec le nouveau prétendant. Au moment d’obtenir le serment du Christ de la part de la princesse, miraculeusement l’autre porte s’ouvrit et laissa transparaître un rayon de soleil malgré la nuit noire, démasquant ainsi l’imposture de l’oncle. Depuis, la princesse vie isolée dans la tour qui aujourd’hui porte son nom, “Tour de la princesse” (“Torre da Princesa”), et les deux portes furent rebâti “Porte de la trahison” (“Porta da traição”) et “Porte du soleil” (“Porta do sol”).